Soutenir le système de santé de l’Ontario avec des ressources en matière d’épidémiologie et de données sur la COVID-19

COVID-19

24 août 2020

L’épidémiologie est une pierre angulaire des activités dans le domaine de la santé publique et est essentielle à la réponse à la pandémie de COVID-19. Nous avons constamment appris au sujet de la COVID-19 depuis son apparition à la fin de 2019. À mesure que la situation évolue, nous continuons à recueillir des données afin d’éclairer les décisions visant à contenir la maladie et à contribuer au maintien de la santé et de la sécurité des personnes. L’épidémiologie est la clé de la réponse, car elle repose sur l’étude des données pour nous aider à comprendre :

  • qui sont les personnes plus touchées;
  • où sont-elles dans la province;
  • quand ont-elles été exposées?

« Le fait de disposer d’informations sur ces facteurs est essentiel à la prise de décision à l’échelon local et à l’échelle provinciale et pour que le public comprenne la situation »,

— Karin Hohenadel, chef, Maladies transmissibles

Santé publique Ontario (SPO) a une longue tradition dans le domaine de la transformation des données en ressources et outils interactifs afin de dégager une image globale de ce qui se passe dans la province. La pandémie a évolué, tout comme les besoins en matière de données de nos partenaires du système de santé. Les produits épidémiologiques de SPO sur la COVID-19 comprennent :

Approfondir les données

L’outil de données interactif de l’Ontario sur la COVID-19 permet aux utilisateurs d’examiner les informations à l’échelle provinciale, selon le contexte, et de descendre jusqu’à l’échelon local afin de voir ce qui se passe.

« L’une des principales raisons pour lesquelles l’outil a été créé est de pouvoir fournir aux utilisateurs des informations supplémentaires qui ne peuvent être présentées facilement dans un document PDF statique. Dans le document PDF que nous publions en ligne, presque toutes les informations sont regroupées jusqu’à l’échelle provinciale. L’outil permet aux utilisateurs de découper, de se concentrer, ou d’extraire des données concernant une région particulière. Si les utilisateurs ont besoin d’extraire quelque chose rapidement, ils peuvent prendre une image ou une copie des données à partir de l’outil lui-même. »

— Brenda Lee, épidémiologiste en chef, Services axés sur le savoir

L’outil peut aussi être utilisé afin de générer des hypothèses et servir de point de départ à une analyse plus approfondie. « Nous commençons souvent par une vue d’ensemble de ce qui nous inspire à l’échelle provinciale, ainsi qu’à l’échelon local, afin d’approfondir et de comprendre ce que nous voyons dans l’outil. Nous allons souvent analyser les variations d’âge, les variations géographiques et d’autres types d’informations intéressantes », a déclaré Mme Hohenadel.

« Tout le monde est tellement occupé à préparer et à colliger les informations quotidiennes dont les décideurs ont besoin, mais il est toujours important de prendre du recul et de réfléchir à certains domaines clés dans lesquels nous voulons explorer les données de façon plus approfondie. Nous avons décidé qu’il serait utile d’examiner plus en profondeur certains aspects particuliers de la pandémie. C’est pour cette raison nous avons décidé de préparer des résumés améliorés. »

— Dre Shelley Deeks, directrice générale de la protection de la santé

Par exemple, PHO’s l’analyse de SPO sur la gravité examine les résultats selon l’âge et la comorbidité. Les données montrent que la proportion d’hospitalisations, de cas traités aux soins intensifs et de décès était plus élevée parmi les cas ayant déclaré au moins une comorbidité médicale (23,5 %, 6,1 % et 11,7 % respectivement) par rapport aux cas n’ayant déclaré aucune comorbidité (8,9 %, 1,7 % et 7,1 % respectivement).

Le rapport sur la COVID-19 et les résidents des foyers de soins de longue durée, est un autre exemple : il montre que les résidents des foyers de soins de longue durée ont un taux de mortalité global et selon l’âge plus élevé, mais un risque d’hospitalisation ou d’admission aux soins intensifs plus faible que les personnes du même âge ne résidant pas dans un foyer de soins de longue durée.

L’impact de cette maladie sur les enfants est un autre domaine que nous étudions en permanence. C’est pour cette raison que SPO a décidé de préparer un résumé épidémiologique sur les enfants. Le tableau 1 du résumé montre que parmi les cas chez les enfants, les taux de maladie étaient les plus élevés chez ceux âgés de 15 à 19 ans. « Ce n’est pas nécessairement typique que les 15 à 19 ans aient un risque plus élevé de contracter la maladie que les 10 à 14 ans », a déclaré la Dre Deeks. L’importance d’un rapport épidémiologique fondé sur les données est qu’il peut mener à l’élaboration d’hypothèses et vous inciter à vous tourner vers d’autres d’études pour en apprendre davantage sur un problème. »

« Lorsque nous ne prenons pas le temps d’examiner les données d’un angle critique, je pense que nous ratons l’occasion de tirer des leçons de cette pandémie, a dit la Dre Deeks. Tout le monde est tellement occupé à réagir à ce qui se passe, nous recevons tellement de données et il est essentiel d’y réagir, mais il est vraiment utile de pouvoir analyser les données et de voir ce qu’elles nous disent et de les analyser de manière à maximiser leur utilité. »

Répondre aux besoins évolutifs en matière de données

SPO continue d’adapter sa stratégie générale en matière d’épidémiologie afin de répondre aux besoins de différents types d’analyse de données au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie. Par exemple, au début de la pandémie, l’accent était principalement mis sur les cas et les contacts liés aux voyages avant que l’on se tourne vers les foyers de soins de longue durée et les autres lieux d’hébergement collectif. Récemment, SPO a lancé une initiative de sérosurveillance de la COVID-19, qui a recours à un test de dépistage des anticorps afin de mieux comprendre quelle proportion de la population ontarienne possède des anticorps de la COVID-19 et de déterminer les groupes d’âge dont les anticorps sont les plus élevés et dans quelles régions de la province. Le résumé de la sérosurveillance de la COVID-19 permettra au réseau de santé publique et au gouvernement d’évaluer l’efficacité de la réponse à la pandémie jusqu’à présent, et de prendre des mesures ciblées pour prévenir une nouvelle propagation de la COVID 19.

« Ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir comment la pandémie a évolué et comment nos besoins en matière de données ont évolué avec elle, a déclaré Mme Hohenadel. Nous tentons toujours de répondre aux besoins et d’anticiper les nouveaux besoins en matière de données et d’informations des acteurs du système de santé. »

Veuillez consulter la page Données sur la COVID-19 et surveillance de SPO afin de prendre connaissance des plus récents résumés épidémiologiques améliorés et rapport de surveillance sur la COVID-19. 

icône de messagerie

Contacter le Service

Services de communications

communications@oahpp.ca

Mis à jour le 24 août 2020